logo_R349-178

Le point de départ de R349-178 est le questionnement et la réflexion sur le terme de la responsabilité et les concepts éthiques, sociaux, politiques, philosophiques et métaphysiques qu’elle sous-entend.

Les recherches effectuées en amont de la résidence et pendant cette dernière furent fortement nourries par les écrits du philosophe Edgar Morin et par le travail de synthèse d’Edith Sizoo.

+++

R349-178 est une expérience et une expérimentation. Une expérience, d’abord, car un minimum de 3 représentations est requis pour conclure l’argument de R349-178. En effet, chacun des performeurs développe son argumentation personnelle – langage corporel, visuel, musical – sur le sujet de la responsabilité et la construit en utilisant chacune des représentations pour finalement amener son discours à une conclusion, qui s’expose lors de la dernière représentation. De ce fait, si chacune des représentations se suffit à elle-même, une ligne supérieure relie toutes les représentations entre elles; la fin d’un soir est le début du prochain. Les 27 cubes qui constituent le décor laissent d’ailleurs une trace visible de l’argument développé au fil des représentations; vierges au commencement, ils deviennent ensuite la mémoire de R349-178.

 

R349-178 est ensuite une expérimentation puisqu’elle propose un format radicalement différent; il n’existe pas de chorégraphie préétablie de l’extérieur, mais des règles éthiques de conduite et d’attitudes à respecter par tous les performeurs. Cette stratégie chorégraphique complexe permet aux artistes l’expression d’un plus grand libre arbitre, toujours dans le respect de l’autre et avec le souci d’être à l’écoute de chacun. Le spectateur devient alors le témoin de la bonne (ou de la moins bonne) communication entre les performeurs.

Finalement, un des aspects les plus captivants de la pièce R349-178 est le fait qu’elle teste certaines des théories éthiques les plus débattues du XXIe siècle en les intégrant dans son système chorégraphique et les faisant ainsi vivre dans le microcosme qu’est le théâtre et la scène.

En conclusion, R349-178 a apporté la preuve physique que la théorie de l’éthique proposée par M. Edgar Morin fonctionne dans un microcosme. On peut alors en déduire que cette même théorie pourrait fonctionner dans le macrocosme qu’est la société si cette dernière était prête à le concevoir.

Concept & direction Janyce Michellod
Musique Bernhard Loibner
Design décor Bruno Michellod
Design costumes Stefan Baier
Performeurs Janyce Michellod, Stefan Baier, Bruno Michellod
Durée version courte 40-50 min
Durée version longue 60-70 min

Cette pièce a bénéficié du soutien de Tanzplan Dresden, une inititative de Tanzplan Deutschland, fondé par la Fondation Culturelle Fédérale allemande, et d’une résidence de création à Semper Kleine Szene à Dresden, où la première a été programmée en juin 2009.
R349-178_dossierDIff

dossier de diffusion